Boutique




Nos valeurs écologiques

Faucon crécerelle adulte

Nos valeurs écologiques

Un golf peut aussi devenir un paradis artificiel pour les oiseaux.

Animaux de chez nous. Non-sens écologique s’il détruit des biotopes, un golf a des chances de constituer une oasis verte en cas d’aménagement en zone agricole intensive. A celui de Payerne, la nidification du grèbe castagneux le prouve.

Ce n’est pas qu’il cherche la castagne à coups de crosses avec les golfeurs de Payerne, le “castagneux”. De toute façon, avec ses 200 grammes, cette boule de plumes châtain clair en hiver, sombre comme une châtaigne grillée en été, ne ferait pas le poids. Mais, il se trouve que ce petit grèbe affublé d’un adjectif belliqueux assez inexplicable s’est mis à nicher sur l’étang du 18 trous broyard.

 

Le fait, a priori étonnant, montre que ce terrain de jeu de 50 hectares s’avère aujourd’hui plus intéressant pour l’avifaune que la zone agricole antérieure. Celle-ci, cultivée de façon intensive jusqu’en 1995, ne permettait guère à des volatiles sauvages de s’y reproduire, voire de s’y nourrir. On n’y trouvait aucune des merveilles naturelles qui font la valeur par exemple de l’extrémité sud du lac de la Gruyère, naguère convoitée sans succès par les promoteurs d’un autre golf.

 

 

De surprise en surprise

Le grèbe castagneux aime coloniser les nouveaux plans d’eau, même petits. Celui du golf de Payerne, d’environ un hectare, a été creusé en 1996, parce que l’on avait besoin de remblai pour façonner les alentours, se souvient Stéphane Rapin, le maître des lieux. Il s’agissait d’une “mouille” argileuse. Point n’a été besoin de poser une feuille de plastique pour retenir l’élément liquide. Des massettes n’ont pas tardé à pousser. Notre castagneux, grand amateur de larves de libellules et de batraciens, s’y reproduit depuis 1998. L’été dernier, trois couples ont donné naissance à quatre jeunes au moins, puisque observés ensemble au mois de juillet. Mais Jacques Jeanmonod, qui surveille le coin au nom du Groupe broyard de recherches ornithologiques (GBRO), n’était pas au bout de ses (bonnes) surprises. Le même étang a également servi de site de reproduction à la foulque macroule, à la rousserolle effarvatte et au canard colvert, qui l’utilise par ailleurs comme reposoir nocturne collectif (jusqu’à 71 individus dénombrés en même temps).

Le reste du terrain de golf n’est pas moins attractif. Déjà, le bruant jaune a niché dans les haies nouvellement créées grâce à la plantation de 2000 arbustes indigènes environ. Un hôte qui s’ajoute aux hiboux moyen-duc, buses, pics, pinsons, merles, grives, mésanges, sittelles, étourneaux, verdiers, moineaux et autres corvidés se reproduisant dans les haies déjà anciennes ou dans la belle allée de platanes longeant la parcelle. Le nombre d’oiseaux nicheurs s’élève à 24 au minimum.

 

 

L’avenir en rose

Et puis, il y a aussi ces visiteurs occasionnels, souvent remarquables. Sur sa liste, M. Jeanmonod a notamment noté deux oies cendrées, deux à trois casarcas, des vanneaux ou ecore des pluviers, la plupart du temps en migration. A relever que des huppes fasciées s’arrêtent volontiers un moment au golf de Payerne, dont les greens au sol sablonneux recèlent des proies (invertébrés) qui leur conviennent.

Sûr, les oiseaux apprécieront toujours davantage ce paradis artificiel, ne serait-ce qu’à cause de la croissance des jeunes haies. De plus, M. Rapin est prêt à laisser le GBRO y placer quelques nichoirs, par exemple à chouettes effraies ou à faucons crécerelles, dans l’ancien pigeonnier rénové, mais vide. Enfin, hors des greens, rien ne gênerait la constitution de prairies maigres, si précieuses pour la nature.

  

Yvan Duc

  

 Nichée de faucons crécerelles dans le pigeonnier

 

 

Une installation photovoltaïque de plus de 2000 m2 a été aménagée sur les toits de l’atelier et du Caddy park.

Avec une capacité de plus de 300 kW, cette installation est de par sa taille sans précédent, une première dans le monde du golf en Suisse et fait partie des mesures entreprises par le golf de Payerne en faveur du développement durable. En plus de son apport écologique, cette installation esthétique contribue à embellir les bâtiments existants tout en augmentant l’espérance de vie des toits.

 

PANNEAUX 

 

La Certification GEO

Il existe depuis peu un Label de qualité reconnu par les organisations de protection de l’environnement telle que le WWF, qui confère aux golfs bénéficiaires une reconnaissance officielle de leur engagement en faveur du développement durable. A la fin de la saison 2013, nous avons entrepris le processus de Certification GEO que nous devrions obtenir dans le courant de 2014.

Au niveau national, le golf de Payerne devrait ainsi se retrouver aux côtés des quelques rares golfs certifiés GEO à ce jour. 

FaLang translation system by Faboba